5 idées de balades/randonnées faciles

Quand on dit randonnée, la plupart des gens pensent kilomètres, dénivelé et/ou chemins escarpés. Moi la première, oups… Mais les autres ? Ceux qui ne peuvent pas grimper (pour raison de santé, notamment) ou qui ne veulent pas partir pour 20 kilomètres (question de temps, peut-être) ? Et bien, ils partent sur des sentiers faciles et/ou bien aménagés. Et qui dit accessible ne veut pas dire ennui. On peut faire une balade dans un endroit sympathique sans forcer, quand même bien en profiter et être récompensé par une jolie vue (par exemple). Promis. Et vous n’aurez pas démérité. Peu importe la difficulté tant qu’il y a le plaisir.

Aujourd’hui, je vous propose donc une petite sélection de « randonnées » (je mets des guillemets parce que, pour les premières, on est plus dans la balade que la randonnée) faciles et accessibles mais qui en jettent, pour les débutants, les familles, les enfants (ne les sous-estimez pas, si vous leur proposez quelque chose de ludique, les enfants savent marcher). Libre à vous, ensuite, d’augmenter la difficulté (distance ou dénivelé)…

La Boire des carrés

Boire des carrésConnue et appréciée des pêcheurs, la Boire des carrés offre aussi un joli cadre pour la balade du dimanche après-midi après un repas en famille (les boires étant des bras morts de la rivière Allier). Rendez vous directement au parking de la Boire des carrésSaint-Rémy-en-Rollat) et promenez vous dans cet espace encore sauvage au fil des différents chemins (Espace Naturel Sensible) pour une petite promenade de 4 km sans aucune difficulté (si ce n’est une herbe un peu haute ou un chemin un peu humide par endroits). Et si vous avez de la chance et/ou si vous savez observer, vous pourrez croiser des specimens de tortue Cistude d’Europe, des castors, des aigrettes ou encore des Hérons. Notez qu’une balade longue de 6,5 km est possible au départ de l’église de Saint-Rémy.

Etang de Vieure

Etang de VieurePas de difficultés pour cette sympathique balade de 7km au bord de l’eau. Parce que, parfois, on a envie de marcher sans faire beaucoup d’effort. Avouez, ça vous arrive à vous aussi… Le départ se fait directement du plan d’eau, au parking de la Borde, quelque part entre Cosne d’Allier et Bourbon l’Archambault. La promenade qui longe l’étang sans vraiment le quitter est ombragée (que c’est agréable l’été !), vous emprunterez des petits ponts de bois (et, comme moi, vous aurez peut-être envie de chanter la célèbre chanson d’Yves Duteil, c’était au collège et je m’en souviens toujours…) et pourrez peut-être apercevoir un héron ou deux sur le sentier pédagogique. C’est un endroit fréquenté en raison du camping et des différentes activités proposées mais c’est un lieu apprécié pour passer une journée en famille ou entre amis. Et si, après le pique-nique, vous n’avez pas le courage de partir marcher, vous pourrez entamer une partie de pétanque, louer un pédalo ou taquiner la carpe. C’est bien aussi.

Les hauts de Chouvigny

ChouvignyChangement de décor pour cette petite randonnée de 3,5 km sur les hauteurs de Chouvigny (la boucle initiale fait 11 km mais un raccourci est possible). Au programme de cette balade ? Une vue sur les gorges de la Sioule et une vue sur le château médiéval. En plus, la route pour rejoindre Chouvigny est chouette. Ce qui ne gâche rien. Garez-vous sur le parking de la Mairie et suivez le balisage Les hauts de Chouvigny. Suivez-le tout du long si vous voulez faire 11km ou prenez à droite à la 2nde croix pour rejoindre le raccourci. La vue sur le château est vraiment belle. Et, quand vous arriverez en bas, n’hésitez pas à pousser le portail du cimetière, vous y trouverez une jolie vue.

Le Roc du Vacher

Roc du VacherRetour en Montagne Bourbonnaise pour cette balade de 7km au départ de Saint-Nicolas-des-Biefs (place de l’église) (c’est quand même bien pratique quand un départ se fait de l’église, il faudrait y mettre de la mauvaise volonté pour ne pas le trouver) en suivant le balisage jaune « Roc du Vacher ». Là, à 1000 mètres d’altitude, vous bénéficierez d’une vue dégagée sur les Monts du Lyonnais et les Alpes. Paraît-il que, par temps clair, on peut voir le Mont-Blanc… Ne manquez pas, non plus, le sentier d’interprétation du Plateau de la Verrerie. Hors circuit, vous ne ferez pas un long détour et ça vaut le coup d’emprunter les pontons au-dessus de la tourbière, notamment pour observer la flore locale (le drosera y est bien présent).

Rocher Saint-Vincent

Rocher Saint VincentPour cette balade, on reste en Montagne Bourbonnaise mais on se dirige plutôt sur Lavoine, village de 150 habitants connu pour son horloge à billes (seulement 3 au monde !) et son Rocher Saint-Vincent (culminant à 975 mètres). Et c’est ici que je vous propose de grimper. Oui, ça grimpe un peu sur le rocher (ascension facultative) mais c’est une boucle de 8km accessible qui vous mènera au sommet du Rocher Saint-Vincent, donc, (sa vue panoramique, sa statue de la Vierge à l’enfant et sa statue de Notre-Dame de la Montagne), aux pieds des éoliennes du Chemin de la ligue (route empruntée par l’armée catholique lors des guerres de religions) et même à la « frontière » Allier/Loire (au col de Beaulouis). Le balisage, du départ jusqu’aux éoliennes est blanc/rouge puis jaune des éoliennes au retour à Lavoine. C’est une de mes randonnées préférées en Montagne Bourbonnaise.

L’Allier n’est peut-être pas le plus prisé des départements Auvergnats en termes de randonnées. Moi la première, je pars plus souvent dans le Puy-de-Dôme. Et pourtant, il y a de nombreux terrains de jeux accessibles à tous et toutes. Qu’on préfère les balades en forêt, à la campagne ou en montagne… il n’y a que l’embarras du choix. Ces 5 itinéraires n’étant qu’une petite sélection, j’espère qu’ils vous plairont, vous permettrons de passer un bon moment et, peut-être vous donnerons envie d’essayer d’autres circuits et de vous mettre définitivement à cette activité de plein air.

Publicités

Porcianus Quest – Saint-Pourçain-sur-Sioule

A Saint Pourçain, qu’est-ce qu’on est bien
Y a des belles filles et du bon vin,
Petite ville, belle et tranquille,
C’est magnifique et sympathique.
A Saint-Pourçain, qu’est-ce qu’on est bien,
Quand tout le monde chant’ ce refrain,
Y a D’la musique qui claironne,
Des majorettes qui tourbillonnent,
Et nous, on joue de l’ accordéon.

Je ne vais pas me répéter, je vous en ai déjà parlé. Si vous aimez le patrimoine et/ou si vous avez envie de le (faire) découvrir de façon ludique, l’application Pepit03 est parfaite. Rappelez-vous, je vous la présentais il y a quelques mois. Et après 5 missions (réussie de manière exceptionnelle !), je crois qu’on peut dire que j’adore.

Un après-midi du mois de Juillet (non, je n’ai pas de retard dans la publication de billets…), je suis donc allée tester celle de Saint-Pourçain-sur-Sioule, une ville que j’aime beaucoup et que je traverse souvent sans vraiment la connaître. C’était l’occasion d’en apprendre un peu plus sur cette cité qui me fait parfois penser à Cusset… Pour ses cours, son marché du samedi matin… Et puis, ses caves… Et sa balade le long de la Sioule…

Grâce à ma Carte Touristique Pro d’Allier Tourisme (plus d’infos ici), j’ai fait une pause au Musée de la Vigne et du Terroir. Un petit musée caché dans une cour qui semble peu connu et couru mais très sympathique pour en apprendre plus sur le monde de la vigne.

En conclusion, Saint-Pourçain-sur-Sioule est une jolie petite cité. D’ailleurs, quelques semaines plus tard, lors d’une sortie avec la Team Allier Tourisme, j’y retournais pour une visite VIP des caves et du vignoble. Souvenez-vous, je vous en parlais ICI.

Patrimoine viticole

Hier matin, nous étions une vingtaine à nous retrouver à la Cave de l’Union des Vignerons de Saint-Pourçain-sur-Sioule pour une journée de découvertes de la cave coopérative, du Domaine des Bérioles (à Cesset), de ses vignes et de son nouveau balisage de petite randonnée. Cette journée, à l’initiative du CDT Allier Tourisme, a réuni quelques Ambassadeurs du 03 pour une journée conviviale à la rencontre d’acteurs du territoire.

Cave de l’union des vignerons

Nous avons commencé par une présentation du vignoble Saint-Pourçinois puis par celle de la Cave Coopérative (qui regroupe 80 viticulteurs), son histoire (elle a été crée en 1952), son fonctionnement. Le monde de la vigne et du vin m’était totalement inconnu, j’ai trouvé la visite et les explications intéressantes et accessibles. Nous avons poursuivi avec une présentation en vidéo. Et nous avons terminé avec une dégustation de vins locaux, issus de la coopérative. Vins accompagnés d’un peu de pompe aux grattons (une brioche garnie au gras typique de chez nous) histoire d’éponger un peu les fonds de verre que nous enchaînions. Je ne suis pas très vin rouge à la base, mais je ne suis pas contre un verre de blanc ou de rosé. Et ça a beau être local, je connais peu le vignoble de Saint-Pourçain (réparti sur 19 communes tout de même), AOC, issu de 5 cépages (le Tressalier propre à la région, le Chardonnay, le Gamay, le Pinot noir et le Sauvignon). La carte de la coopérative propose 25 crus (dont la célèbre Ficelle, la sortie étant prévue le 1er week-end de Décembre, nous la fêtons comme d’autres fêtent le Beaujolais nouveau) et nous en avons testé plusieurs. Il y en a que j’ai plus aimé que d’autres. J’ai fait quelques découvertes mais je resterai fidèle au Fringance, un rosé pétillant qui accompagne les desserts au chocolat et qui se boit comme du jus de raisin.

Et après un passage par l’espace de vente (je me suis laissée tenter par 2 bouteilles, Tendresse un blanc moelleux pour accompagner le foie gras et le fameux Fringance que j’imagine déjà avec une Forêt-Noire), nous avons pris la route pour Cesset, à quelques kilomètres de là, pour un repas (pâté aux pommes de terre, charcuteries et fromages…) accompagné d’un peu de vin et un après-midi au Domaine des Bérioles de Sophie, Jérôme (son mari) et Jean (son frère), viticulteurs indépendants.

Domaine des Bérioles

Evidemment, nous avons commencé par une dégustation (le maître mot de cette journée) accompagnée d’une Pompe aux grattons (what else ?). Sophie nous a également présenté son domaine de quelques 15 hectares, son vignoble (AOP) et sa nouvelle carte de balades oenotouristiques au milieu de ses vignes. Installés depuis 2011 sur l’exploitation familiale, Jean, rejoint par Sophie et Jérôme en 2015 sont en cours de labellisation Bio (pour 2019). Passionnés par leur(s) métier(s), ils ont à cœur de perdurer dans la tradition (les vendanges se font à la main) et de la partager. Nous avons pu tester, côté rouge, du Gamay et du Pinot noir et, si ma préférence va au Gamay, la place de 1er est attribuée au Tressaillé, du Blanc, évidemment. Et après une courte balade dans les vignes, nous avons goûté à 2 breuvages en cours de vinification. Dont le fameux bourru, en début de fermentation. C’est sucré et ça pique un peu. Comme un jus de fruits qu’on aurait laissé ouvert un peu à la maison et qu’on jette parce que « il pique ». Comme quoi, suffit de lui trouver un joli nom. Avant de repartir, nous avons dégusté encore avant de passer par la boutique. Des jus de raisin, pour ma part. Parce que, y’a pas à dire, quand tu achètes directement au producteur, c’est bien meilleur. Ce que j’ai aimé de cette visite ? La passion des vignerons, leur simplicité et leur ouverture aux autres. Au delà de l’aspect viticole, c’était une jolie rencontre.

Balades en Bérioles

Profondément attachés à leurs terres et au patrimoine dans son ensemble, Jean, Sophie et Jérôme ont ouvert leurs vignes aux promeneurs et autres randonneurs. Pour cela, ils ont mis à notre disposition 5 circuits de balades à pied, à cheval, en vtt (entre 3.5km et 14.8km) ou encore en voiture (une boucle qui passe par St-Pourçain, Chareil-Cintrat ou encore Louchy-Montfand), les Balades en Bérioles, entre viticulture, histoire, patrimoine et gastronomie.

Au milieu des vignes, avec vue sur toute une région (et même jusqu’à la Chaîne des Puys), nous avons pu faire une portion du circuit « Les clés du vignoble » (ayant un peu traîné aux dégustations et au repas, nous sommes partis un peu tard) et même goûté à quelques raisins rescapés des vendanges. Il faisait bon et beau, la compagnie était sympathique, les paysages étaient magnifiques, que demander de mieux ?

Une journée gustative mais surtout conviviale

C’était ma 4ème sortie avec la Team des Ambassadeurs et du CDT d’Allier Tourisme. Et elle tombait la même semaine que mon 1er anniversaire au sein de l’équipe. Si ce n’est pas un heureux hasard… J’ai retrouvé avec plaisir les blogueuses/instagrameuses que je suis au quotidien sur les réseaux sociaux, j’ai appris à connaître des Ambassadeurs que je n’avais pas pris le temps de mieux découvrir avant et j’ai rencontré de nouveaux membres fraîchement recrutés. Il y a un an, je ne pensais pas que je serais toujours là. Je ne pensais pas être autant attachée à ses échanges et partages du quotidien. Et, en toute franchise, je ne pensais pas être autant à l’aise dans ses sorties de groupe. Il y a une vraie bonne ambiance au cours de ses journées. Qu’on soit membre depuis le début ou non. Qu’on se connaisse dans la vraie vie ou non. C’était vraiment une très belle journée !

Merci à l’équipe du CDT pour l’organisation de cette journée ! Merci également à l’office de tourisme de St-Pourçain pour les cadeaux. Merci aux différentes personnes rencontrées sur les différents lieux de visite pour leur accueil et disponibilité ! Et merci à mes camarades Ambassadeurs pour leur bonne humeur ! On remet ça quand vous voulez…

Pour en savoir plus

CDT Allier Tourisme
Domaine des Bérioles
Balades en Bérioles
Cave de Saint-Pourçain

Melle Brunette
Alliés For Rêveurs

 

 

 

Le sentier des minerais

Le départ de cette balade se fait sur le parking de Wolframines (expo de mineraux), non loin de la carrière de Kaolin, à La bosse (quelque part entre Lalizolle et Echassières). Ca ne vous dit peut-être rien parce que ce n’est pas le coin le plus touristique de la région mais, pour moi, ces endroits sont liés à plein de souvenirs d’enfance… Les vacances chez la tata avec les cousins/cousines (les matelas alignés au sol et nous, couchés les uns à côté des autres dans des duvets), mon grand-père qui disait toujours avant de partir « prenez un gilet, il fait toujours un peu plus frais là-bas », la cueillette de mûres de l’autre côté du chemin, les pique-nique à la carrière, la Renault 18 du tonton, les lapins de la mémé de mon cousin… et mes sandalettes abandonnées dans le goudron frais (l’évènement qui a traumatisé ma vie !) (au cas où vous en doutiez, quand on vous dit de ne pas marcher dedans, ne marchez pas dedans !) (ça colle !) (et ça ruine les jolies sandalettes dorées taille 31). Bref. Je ne sais pas si c’est de vieillir mais, depuis quelques temps, je parlais souvent d’y retourner. Je continue d’aller à la maison de ma tante pour des journées en famille ou durant les vacances mais je ne pousse jamais plus loin. Echassières n’est pourtant qu’à 1h de chez moi…

Vous ne le savez peut-être pas mais cette région a connu un riche passé minier. Au IVème siècle d’abord, pour l’étain. Puis au XIXème siècle pour l’exploitation du kaolin (matière première de la porcelaine) et, au XXème siècle, le wolfram (minerais de tungstène). Ce sentier révèle quelques traces de cette activité et si ce n’est pas une randonnée époustouflante, les passages dans la Forêt des Colettes, à travers champs ou dans les hameaux sont sympathiques (la petite maison style cottage à vendre sur la place de l’église de Nades me plaît beaucoup) (mais je hameau précédent était tout bizarre à traverser) (entre les bruits des multiples activités de habitants et ne rien voir ni personne, c’est déroutant je trouve) et certains points plus « hauts » offrent de belles vues dégagées (sur la Vallée de la Sioule ou la Chaîne des Puys, par exemple).

Le sentier n’est pas toujours très bien dessiné (ah bon, c’est un sentier ?!?) (en suivant la carrière, notamment) mais le balisage (jaune) est lisible et cette boucle de 11km (10.940 km d’après mon GPS) ne présente pas de grosses difficultés. Prévoyez tout de même de bonnes chaussures, il y a quelques courtes mais raides montées), un chapeau et de l’eau (certains passages sont plein soleil). Je me suis arrêtée à 2/3 reprises et j’ai mis 3h20 (mon guide misait sur 3h, je ne m’en suis donc pas si mal sortie, on va dire).

Au retour, vous pouvez aller approfondir vos connaissances au musée Wolframines (ICI) ou enchaîner avec une balade dans les Gorges de la Sioule (du côté de Chouvigny ou Ebreuil, par exemple).