Jean-François Zygel improvise sur Bach

Lundi soir, sitôt sortie du boulot, j’enfilais mon costume d’Ambassadeur de Territoire Riom-Limagne et je prenais la direction de la Salle Dumoulin à Riom où j’étais invitée par l’Office de Tourisme de Riom et le festival Piano à Riom (Merci !) pour le spectacle de Jean-François Zygel.

Piano à Riom est un festival de musique pianiste (comme son nom l’indique, sont pas cons à Riom !) qui recevait cette année André Manoukian et Jean-François Zygel. Entre autres. Au programme… piano, découvertes, jazz, diversité, accessibilité, flamenco, surprises, émotion, rencontres, sensibilité, jazz…

Jean-François Zygel (Victoire de la Musique en 2006) est un formidable pianiste improvisateur. Il est notamment connu pour son émission télé musicale La Boîte à Musique sur France 2. Entre autres.

Alors, soyons honnêtes, je n’y serais pas allée de moi-même. Déjà parce que, Piano à Riom, je n’en avais jamais entendu parler. Je rappelle que Riom est à 30 minutes de chez moi et que cette édition était la 31ème. Il y a comme un problème, je dirais. Et puis, sincèrement, j’aime bien, oui mais… chez moi et pour des sessions relativement courtes. Et puis, après une journée de boulot ? Sachant que la semaine serait longue et chargée ? Mais cette invitation c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort. J’ai donc accepté. De Zygel, je ne connaissais que quelques extraits de son émission. De Bach, je connaissais le Prélude en ut majeur et c’est à peu près tout. Autant dire que cette soirée ce n’était pas du 100% découverte mais presque. Et j’ai aimé.

Jean-François Zygel est aussi talentueux que passionnant. J’avais peur de trouver cela un peu long mais c’est bien passé. J’irais même jusqu’à dire que c’était trop court. Jean-François Zygel sait rendre la musique classique intéressante. Chaque morceau étant introduit par une anecdote sur Bach. Zygel est, lui aussi, un génie. Tant d’un point de vue composition (il improvise vraiment, là ?!?) que du point de vue interprétation (d’une main il pianote sur le clavier, de l’autre il pince ou frotte les cordes) (oui, il met la main dedans !). Je ne regrette pas d’avoir dit oui. D’autant que la salle Dumoulin est plutôt chouette (j’y avais un abonnement cette dernière saison culturelle).

Je ne suis peut-être pas devenue une grande fan de Bach mais je vais continuer mes morceaux préférés et voir si je trouve quelques vidéos de Jean-François Zygel pour poursuivre ma découverte. Il sait vraiment rendre la musique classique accessible et, rien que pour ça, il mérite d’être applaudi.

Publicités

Lame des Chevaliers, Musée Mandet – Riom

Samedi matin, j’étais invitée par la Communauté de Communes Riom-Limagne et Volcans à la nouvelle exposition du Musée Mandet (Riom) : Lame des Chevaliers, de l’épée de croisade au sabre laser.

J’aime beaucoup le Musée Mandet (14 rue de l’Hôtel de Ville – 0473381853) (page Facebook), j’étais donc ravie de découvrir cette expo. Et pas uniquement parce qu’il y a le mot chevaliers dans le titre. Oups. Si, en fait.

Construite à partir des collections du Musée Mandet et enrichie de prêts d’autres musées, cette expo court du Moyen-Age à nos jours et retrace l’histoire du Chevalier et de la chevalerie à grâce à de nombreuses pièces d’origine ou de reproduction tant d’un point de vue traditionnel que du côté populaire de la chose. Ainsi, à côté d’une lettre authentique écrite par Jeanne d’Arc elle-même, nous trouvons l’armure portée par Milla Jovovich dans le film Jeanne d’Arc. Se côtoient également dans la même vitrine l’épée de Napoléon et celle du Highlander le plus sexy de l’histoire, Jamie Fraser (Outlander) ou encore Excalibur (Kaamelott), Narsil (Le Seigneur des Anneaux) ou celles de membres de l’Académie Française. En deux mots, variété et diversité. Vous pourrez même essayer certaines pièces d’armure. Telles qu’un casque ou un gant. Vous vous rendrez compte alors d’à quel point c’était lourd.

J’ai trouvé la scénographie plutôt bien fichue, les cours textes sont intéressants, la diversité des pièces présentes rend la chose accessible à tous… En gros, j’ai beaucoup aimé. C’est peut-être un peu court (ça l’est toujours) mais il fait tellement chaud dans ce musée que je ne suis pas sûre de pouvoir tenir plus longtemps. Le reste de la collection permanente étant à voir aussi, je vous conseille vivement la visite.