Mes applis pratiques et sympas pour partir en balade

En balade, j’essaye autant que possible de laisser le téléphone au fond du sac mais comme je ne prends pas d’appareil photo, il n’y reste pas longtemps. Puis j’ai quelques applis sympas qui me sont utiles en cours de route… On en discute ?

Pépit03

Je vous en ai déjà parlé (ICI), Pépit03 est une application (gratuite) que j’aime beaucoup. Sur le principe du geocaching, l’utilisateur (le public visé est clairement familial) est invité à découvrir toutes les richesses (naturelles, architecturales ou culturelles) du patrimoine local. Sur des balades allant de 2 km à 9 km, la progression se fait au rythme des énigmes à résoudre en compagnie de petits compagnons virtuels qui nous apprennent plein de choses sur ce que l’on regarde. Les réponses mises bout à bout permettent d’accéder à une cache refermant un code qui valide la participation (un code, un badge et un carnet où l’on peut laisser un avis sur la balade). Il y a, à ce jour, quelques 27 itinéraires répartis sur le territoire du département Allier qu’on choisit en fonction de son emplacement, de la difficulté,  du thème… J’en ai fait quelques uns et c’est franchement sympa. Les enfants adorent (le trésor à l’arrivée, ça motive un chouillas, hein) et les plus âgés se prennent vite au jeu. Ce sont les vacances, j’en ai 2 ou 3 dans mon viseur.

Météovergne

Alexandre est un passionné de météorologie et un amoureux de l’Auvergne. Tous les jours, il partage non seulement ses prévisions météo (Chaine des Puys et Massif du Sancy) mais aussi ses connaissances sur le sujet. En gros c’est pratique et ludique. Vous pouvez le suivre gratuitement sur Facebook. Pour les détails, il vous faudra débourser 15 euros par an pour avoir accès à l’appli. Mais ça les vaut largement, les prévisions sont fiables. Je ne pars jamais sans consulter la météo d’Alexandre. Et, quand je suis coincée au boulot, je regarde régulièrement ses webcams. Histoire de voir à côté de quoi je passe. Dernièrement, Alexandre a proposé des animations au sommet du Puy de Dôme ou au Col de Guery. Je les ai raté (faute de place à l’inscription ou incompatibilité d’emploi-du-temps), j’espère qu’il y en aura d’autres. Si vous ne voulez pas de l’appli à 15 euros (des euros qui font vivre Alexandre, je le rappelle), pour 10 euros/an, vous pouvez recevoir les bulletins par e-mail ou le suivre sur Facebook (c’est gratuit mais ça reste limité).

Visorando

J’ai beau avoir quelques 18 guides de randonnée (plus 6 ou 7 Routard, Lonely Planet et cie), il m’arrive de ne pas y trouver d’inspiration (ou simplement de ne pas être à la maison pour les consulter). Ces jours-là, je me branche sur Visorando et je fais une recherche en fonction du coin où je veux aller. En mentionnant le nom d’une ville, Visorando me donne une liste de rando à faire dans un rayon de quelques kilomètres.  J’affine ou pas avec une distance souhaitée ou un niveau de difficulté. Ça peut aussi bien me donner envie d’innover que de faire une balade que j’ai déjà fait mais vous avez saisi le principe, hein. Les explications sont plutôt claires et, grâce au GPS, on peut se suivre sur une carte. Ça n’empêche pas de se perdre (même sur un circuit que tu as déjà fait, tu n’es pas a l’abri d’une erreur) mais, quand on s’en rend compte, on peut se repérer facile et rectifier le tir. J’ai quelques itinéraires en favoris et même si je ne m’en sers pas à chaque fois, c’est bien utile de l’avoir. Si on change d’avis au dernier moment, par exemple (genre tu arrives sur le départ de ta balade et il y a tellement de monde que tu veux fuir ailleurs). Il existe une version gratuite qui fait très bien le job ou une version payante pour des cartes plus détaillées (18,99 euros par an ou 11,99 euros par trimestre, faites le calcul).

Plantnet

Si vous n’avez pas envie de vous traîner un gros bouquin dans le sac à dos mais que vous avez envie de savoir ce que vous regardez/sentez, voici une appli qui peut être utile. Il vous suffit de faire une petite photo de la fleur ou de la plante en question et de lancer la recherche. Les 1ers résultats étant les plus pertinents. S’il n’y a pas de réseau (je vis en Auvergne, hein), on peut faire à la maison. Et, je le rappelle, on ne ramasse pas tout et n’importe quoi. Oui, surtout le lys martagon super joli. La base de données (participative) est immense. Genre vraiment. Tu peux consulter sur tout et partout. Oui, même la plante super rare à Hawaii.  Et il ne faut pas hésiter à contribuer. Tout le monde peut le faire, professionnels ou grand public.

Runtastic

Celle-ci m’est utile pour compter les kilomètres que je randonne (quand je pense à la mettre en route) parce que j’aime bien savoir (et compter en fin de mois et/ou d’année) (quand je suis motivée) mais elle n’est pas indispensable, je vous l’accorde. Les sorties sont enregistrées,  ce qui me permet de pouvoir consulter mes « performances » pour les comparer (je ne les fait pas mais pour ceux qui courent, ça peut être intéressant de se défier) ou seulement voir si j’ai le temps (en un certain créneau horaire) de faire telle ou telle balade. Je l’ai dans sa version gratuite, les données analysées sont donc limitées mais, pour mon usage, ça me suffit amplement.

Info toutes 63 et Viamichelin

Bon, ce n’est pas une appli. Mais, sur l’écran d’accueil de mon téléphone, avec les appli déjà mentionnés, j’ai un lien direct vers la page internet de l’état des routes. Hyper pratique en hiver quand je pars en balade à la neige. Je m’en suis peu servi encore cette année. Mais les infos sont fiables et régulièrement mises à jour. Comme la météo, je la consulte souvent. Dans le même genre, j’ai mon appli GPS. Chauvinisme Auvergnat oblige, c’est Viamichelin et rien d’autre. Mais n’importe quel GPS fait l’affaire, on est d’accord.

Et vous ? Des applis favorites ? Utiles ou indispensables ? Pratiques ou ludiques ? Dites-moi tout !

Devenez Ambassadeur de la Chaîne des Puys et de la Faille de Limagne

Durant les derniers congés, je suis tombée sur une annonce invitant les Auvergnats à se porter candidats pour devenir Ambassadeurs des sites récemment inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco, j’ai nommé la Chaîne des Puys et la Faille de Limagne. Je ne vais pas me répéter, j’ėprouve un amour sans limite pour ma région (l’Auvergne), la Chaîne des Puys étant mon terrain de jeu favori pour la randonnée. L’inscription à l’Unesco fut, pour moi et mes compatriotes Auvergnats, une jolie victoire et une fierté qui à fait gonflé les coeurs d’orgueil. Comment aurais-je pu décliner une telle invitation ?!?

Comment qu’on fait pour être Ambassadeur ? Qui peut le devenir ?

Tout le monde peut en faire la demande puisque qu’un Ambassadeur est un Auvergnat. De souche, d’adoption ou même un Auvergnat expatrié ou un Auvergnat à temps partiel. Peu importe, tout ce qui compte, c’est que tu sois attaché à la région, que tu veuilles en faire la promotion (notamment sur les réseaux sociaux) et que tu ais à coeur de la préserver. Accessoirement, si tu as envie de t’impliquer (bénévolement), c’est encore mieux (bien que ça reste facultatif). Pour devenir Ambassadeur, c’est facile. Tu cliques sur ce lien (ICI) et tu envoies une mini lettre de motivation dans laquelle tu dis pourquoi tu serais un bon Ambassadeur, ce que tu fais pour la région, ce que tu imagines pour son futur… Perso, après avoir parler de mon attachement à l’Auvergne, j’ai parlé de mon compte Instagram et de mon blog. Mais je connais des gens qui ont été retenus en ayant seulement un IG suivi par quelques dizaines de personnes… Tout le monde a donc sa chance. Dès le lendemain, j’avais une réponse positive. Ensuite, j’ai téléchargé les différents supports numériques joints à l’e-mail, à savoir logo pour insérer sur mes photos de profil ou sur le blog (à usage uniquement non commercial !), charte de l’Ambassadeur, règles de bonne conduite… Puis je suis allée à la maison du site au Puy de Dôme (gare de départ du Panoramique des Dômes) récupérer mon kit. Kit composé d’un sac à dos en toile (joli mais pas adapté à la rando ), un tee-shirt, des plaquettes diverses et des goodies tels que stylo, magnet, bracelets… et un jeu de questions/réponses.

Etre Ambassadeur, c’est bien. Mais, concrètement, tu vas faire quoi ?

Pas grand chose de plus que jusqu’à present, en fait. Comme pour mon autre mission d’Ambassadrice (pour Allier Tourisme, ICI), ce qu’on me demande, je le fais déjà. Partager mes bons plans, donner des idées de balade, montrer la beauté de nos paysages… Mais, maintenant, quand je participerai aux différents événements organisés sur ces sites, il se peut que je sois du côté des bénévoles et plus seulement du côté des spectateurs. J’aimerais bien, aussi, sensibiliser davantage les gens qui me suivent sur les réseaux sociaux à la protection des espaces naturels. Je suis toujours en colère quand les gens postent des photos à partir de sites interdits (par exemple, le sommet du Puy de Côme), j’aimerais donc mettre en place, à mon niveau (sur ce blog, par exemple), un peu de pédagogie. Mais, avant cela, j’ai un peu de travail à faire. Parce que même si je me balade souvent et même si je connais certaines règles de bonne conduite sur les chemins de randonnée, je ne suis pas parfaite, j’ai encore des lacunes. Pour ça, je vais pouvoir utiliser les cartes jeu du kit Ambassadeur, une série de 20 cartes pour en apprendre plus sur l’Unesco, son fonctionnement, les sites inscrits et nos sites, la Chaîne des Puys et la Faille de Limagne.

Et qui sont les Ambassadeurs ?

Et bien, à regret, je n’ai pas de liste. Mais d’après les comptes Instagram que je suis, je peux citer Magic Orange Plastic Bird (son blog, son Instagram), flosnl (ma Soeurette) (son Instagram), Octabis (son Instagram) et World_by_m (son blog, son Instagram). Mais si vous en connaissez d’autres ou si vous l’êtes vous-même, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour nous en informer.

Je vous ai convaincus ?

Oui ? Super ! Il ne vous reste plus qu’à visiter ce site (ICI) pour obtenir plus d’informations, vous inscrire et venir me dire si/quand vous rejoignez l’aventure.

PEPIT 03

Pepit03 est une application mobile (gratuite sur Apple et Android) imaginée et créée par le CAUE de l’Allier (Conseil de l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement). Leur but étant de faire découvrir le patrimoine de l’Allier sur le principe du Geocaching, en proposant différentes missions (chasses au trésor) au cours desquelles les participants sont invités à regarder attentivement l’environnement dans lequel ils évoluent. Au cours de ces missions (possibilité de télécharger les fiches pour les utiliser hors-ligne), l’équipe de joueurs (le public ciblé est familial) est amenée à faire des pauses en différents points « stratégiques » pour regarder autour d’eux (un panorama, un détail d’architecture, une construction environnementale…) et répondre à des questions dont les réponses, mises bout à bout donnent des coordonnées GPS qui permettent de trouver la cache pour accéder au trésor.

L’application en elle-même est vraiment facile d’utilisation. Il suffit de la télécharger et de se créer un profil pour accéder aux différentes missions. C’est vraiment intuitif. Les explications pour se repérer le long du parcours sont claires et fiables. On peut même se suivre sur une carte. Au cours de la mission, nous sommes accompagnés par des Zoom, sortes de copains virtuels spécialistes d’architecture, d’environnement, de patrimoine religieux… Petits compagnons (pensés comme de vrais personnages) qui nous assistent dans notre découverte du patrimoine en distribuant anecdotes et informations (géographique, historique…) nous aidant à comprendre ce que l’on regarde. En résumé, on apprend à observer et on s’amuse. C’est franchement très ludique. En fin de parcours, une cache est à découvrir, avec un petit trésor et un carnet pour écrire son nom, la date, ses impressions ou féliciter les prochains. Il n’y a plus qu’à valider la mission. Et se préparer pour la prochaine. Le but étant de parcourir le plus d’univers possible.

A ce jour, il existe 18 missions (de 1 à 6 km, de difficultés variables et présentant des intérêts différents) situées dans l’Est du département (autour de Vichy et Moulins), l’offre étant amenée à évoluer par la suite. Je vous encourage vivement à télécharger Pepit et à emmener vos enfants découvrir le patrimoine de l’Allier, patrimoine qui est aussi le leur.

J’ai testé le jeu dimanche dernier. Certes, je ne l’ai pas utilisée en situation pour laquelle elle a été créé puisque je n’ai pas d’enfant, mais l’adulte que je suis a beaucoup apprécié. Le parcours était sympa (dans des chemins dont je ne soupçonnais pas l’existence et où je me suis bien demandé où ils menaient), j’ai appris des choses et, sincèrement, je n’aurais peut-être pas prêté attention aux détails si je n’avais pas eu l’appli avec moi. Bravo, donc, au CAUE pour l’initiative !

Pour les curieux, j’ai testé la mission sur Billy (autour du château mais pas que), je vous en parlerai plus en détails dimanche.