Jean-François Zygel improvise sur Bach

Lundi soir, sitôt sortie du boulot, j’enfilais mon costume d’Ambassadeur de Territoire Riom-Limagne et je prenais la direction de la Salle Dumoulin à Riom où j’étais invitée par l’Office de Tourisme de Riom et le festival Piano à Riom (Merci !) pour le spectacle de Jean-François Zygel.

Piano à Riom est un festival de musique pianiste (comme son nom l’indique, sont pas cons à Riom !) qui recevait cette année André Manoukian et Jean-François Zygel. Entre autres. Au programme… piano, découvertes, jazz, diversité, accessibilité, flamenco, surprises, émotion, rencontres, sensibilité, jazz…

Jean-François Zygel (Victoire de la Musique en 2006) est un formidable pianiste improvisateur. Il est notamment connu pour son émission télé musicale La Boîte à Musique sur France 2. Entre autres.

Alors, soyons honnêtes, je n’y serais pas allée de moi-même. Déjà parce que, Piano à Riom, je n’en avais jamais entendu parler. Je rappelle que Riom est à 30 minutes de chez moi et que cette édition était la 31ème. Il y a comme un problème, je dirais. Et puis, sincèrement, j’aime bien, oui mais… chez moi et pour des sessions relativement courtes. Et puis, après une journée de boulot ? Sachant que la semaine serait longue et chargée ? Mais cette invitation c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort. J’ai donc accepté. De Zygel, je ne connaissais que quelques extraits de son émission. De Bach, je connaissais le Prélude en ut majeur et c’est à peu près tout. Autant dire que cette soirée ce n’était pas du 100% découverte mais presque. Et j’ai aimé.

Jean-François Zygel est aussi talentueux que passionnant. J’avais peur de trouver cela un peu long mais c’est bien passé. J’irais même jusqu’à dire que c’était trop court. Jean-François Zygel sait rendre la musique classique intéressante. Chaque morceau étant introduit par une anecdote sur Bach. Zygel est, lui aussi, un génie. Tant d’un point de vue composition (il improvise vraiment, là ?!?) que du point de vue interprétation (d’une main il pianote sur le clavier, de l’autre il pince ou frotte les cordes) (oui, il met la main dedans !). Je ne regrette pas d’avoir dit oui. D’autant que la salle Dumoulin est plutôt chouette (j’y avais un abonnement cette dernière saison culturelle).

Je ne suis peut-être pas devenue une grande fan de Bach mais je vais continuer mes morceaux préférés et voir si je trouve quelques vidéos de Jean-François Zygel pour poursuivre ma découverte. Il sait vraiment rendre la musique classique accessible et, rien que pour ça, il mérite d’être applaudi.

Publicités

Visite du Volcan de Lemptegy

Il y a quelques jours, j’ai chaussé les baskets de rando et attrapé le sac à dos (avec chapeau et bouteille d’eau !) pour prendre la route de St-Ours-les-Roches. Direction le Volcan de Lemptegy pour une visite du site avec les Ambassadeurs de Territoire de Riom-Limagne (dont je vous parlais ICI). Si j’ai déjà fait (plusieurs fois, même) le concurrent voisin j’ai nommé Vulcania, je n’avais jamais fait la visite de Lemptegy. Et ce n’est pourtant pas faute de passer devant régulièrement. Merci donc à Claire (de l’OT de Riom) d’avoir permis de réparer cette erreur.

DSC_0531

Il faisait chaud. Très chaud. Mais nous avons commencé l’après-midi par un petit café (merci à l’équipe de Lemptegy pour l’accueil !) et quelques biscuits (oups) avant d’aller nous mettre au frais dans la salle de cinéma 4D pour un petit film d’une 10aine de minutes. Ca fait penser au film qu’on peut voir à Vulcania, le mammouth en moins. Les vrais savent. J’ai trouvé cela très sympa. Intéressant et instructif. C’est plutôt bien fait mais, attention, ça donne fort envie de partir en balade au milieu des volcans. Vous êtes prévenus. A peine sorti, le petit groupe se dirige vers la 2nde animation dynamique. J’ai moins aimé. Mais c’est une question de goûts. Et comme on est pas venus pour rester au frais le derrière dans un fauteuil, Corentin (notre guide du jour) nous récupère à la sortie pour nous emmener au cœur du volcan.

 

Et c’est parti pour la visite ! Avec le chapeau et la crème solaire. Souvenez-vous-en si vous y allez, il n’y a pas d’ombre.

La visite est possible (contre un supplément sur le billet d’entrée) en petit train mais c’est à pieds que nous partons. Plusieurs arrêts sont prévus pour admirer la vue (Puy Chopine, Puy des Gouttes, Grand Sarcoui, Puy des Goules, Puy de Dôme, Puy de Côme et compagnie) ou pour observer les différents types de roches (parce que non, dans le cratère de Lemptegy, il n’y a pas que de la roche de Lemptegy !) (d’ailleurs, si l’on veut être un peu précis, il y a 2 Lemptegy). Nous en apprenons un peu plus sur la naissance de nos volcans, comment ils se sont formés, pourquoi ils sont différents les uns des autres (les rouges, les gris, les dômes, les cônes…)… et je dois dire que j’ai trouvé cela passionnant. Mais ce qui m’a vraiment impressionnée, j’avoue, c’est la végétation qui pousse dans le cratère. Un endroit plutôt hostile, à première vue. Comme quoi… La visite s’est terminée par un passage sur l’ancienne exploitation de pouzzolane (carrière fermée depuis 2006). Les machines sont toujours en place et une bande sonore permet de faire semblant. Et après un passage par l’expo puis par la boutique, il est temps de se dire au revoir. Et merci. On est pas des sauvages.

En conclusion, c’est une visite moins scientifique et approfondie que Vulcania. Ce qui la rend plus accessible. J’ai non seulement appris plein de choses mais, en plus, j’ai retenu les infos. Saviez-vous, par exemple, qu’on avait retrouvé des traces du tout mignon (aujourd’hui, il est mignon, hein) Puy Chopine au fond du Lac Léman ?!? Et si vous me demandez d’où le Puy de Dôme tient son nom, je pourrais vous répondre. Mais si je vous le disais, je vous gâcherais votre future visite…

Le volcan de Lemptegy fête cette année ses 25 ans, c’est l’occasion d’aller le découvrir (il y a même un restaurant). Notez la date du 27 Juillet, des festivités sont prévues pour l’occasion. Toutes les infos devraient se trouver ICI. Et si vous avez le temps, vous pourrez toujours approfondir vos connaissances volcaniques à Vulcania (c’est juste en face). Et, pourquoi pas, tenter de gravir les Puy Chopine et Puy des Gouttes, à deux pas de là (départ du parking juste après le rond-point, sur la route de Chanat).

Ambassadeur de Territoire Riom-Limagne

Fin 2015, la responsable animation et communication numérique à l’Office de Tourisme de Riom-Limagne (ICI) m’a contactée pour me proposer un « partenariat ». Après quelques échanges de mails et une rencontre dans ses locaux à Riom, me voilà à signer un contrat d’Ambassadeur de Territoire (ICI).

Un Ambassadeur est une personne qui vit sur le territoire (bon, techniquement, je ne vis pas sur le Pays de Riom-Limagne mais je suis juste de l’autre côté de la frontière, à genre 10minutes de route), qui l’aime et qui a envie de le faire connaître. Le but du Club des Ambassadeurs est de promouvoir le territoire, montrer son dynamisme, ses atouts (culturels, touristiques, économiques…) en en parlant autour de lui, en relayant ses bons plans, ses idées balades, ses impressions de visites sur les différents réseaux (festivals, animations et festivités dans le domaine de la culture, de l’artisanat, de la nature, de la gastronomie…)…

Vous savez à quel point j’aime ma région et j’aime vous en parler, je ne pouvais donc pas refuser l’offre. Ce sont les habitants d’un territoire qui le font vivre et je suis ravie de contribuer au développement de l’image du Pays de Riom-Limagne. Techniquement, ça n’a rien changé pour moi. Tout ça, je le faisais déjà. Je ne suis pas payée pour le faire. Mais, grâce au programme, j’ai pu tester le Parc Ecureuil de Châtel-Guyon ou participer à des évènements privés (comme la visite du Volcan de Lemptégy, par exemple). J’en suis à ma 2nde année et heureuse de faire partie de l’aventure.

Si vous êtes dans le coin de Riom, vous pouvez intégrer le programme en suivant ce lien ICI. L’OT organise 4 visites spéciales par an et, chaque mois, des membres sont tirés au sort pour tester des sites, restaurants…